mardi 31 juillet 2012

HPD > Le Porte-Outil Homesteader


Chaque année, les Horse Progress Days sont l'occasion de découvrir la ou les nouveautés du moment. À Clare dans le Michigan, dans une chaude ambiance qui dépassait les 40° en après-midi, ce sont sans conteste le porte-outil Homesteader de chez Pioneer et la nouvelle faucheuse I & J qui ont eu les faveurs des connaisseurs américains.
Commençons par un petit éclairage sur le porte-outil Pioneer.



Prévu pour être utilisé avec deux chevaux de type trait ou plus légers, de type Haflinger par exemple, le Homesteader, porte-outil à siège, est destiné selon les constructeurs au "hobby farmer", c'est à dire pour la petite agriculture sur des surfaces réduites, le maraîchage... ou le gros jardinage.
Le Homesteader peut accommoder six outils différents, vendus séparément : un soc de charrue, un cultivateur, une herse, un brise-mottes, des disques billonneurs et une arracheuse de pommes de terre. Ces outils peuvent être changés rapidement, sans outillage particulier, grâce à une barre d'attache à deux points. Cette barre est située à l'avant du siège pour permettre au meneur d'avoir une bonne visibilité de l'outil. Le porte-outil est aussi doté d'une pédale directionnelle pour un meilleur contrôle de l'outil.







À suivre dans quelques jours, la faucheuse I & J.

lundi 30 juillet 2012

Des Mâles À Saint-Aubin-de-Courteraie


Le tour préliminaire de la sélection 2012 des percherons mâles s'est terminé samedi dernier à Saint-Aubin-de-Courteraie dans l'Orne. Ce sont au total 45 percherons qui ont été présentés devant le jury.
Les trois concours mâles de Vautorte en Mayenne, du Grand-Lucé dans la Sarthe et de Saint-Aubin-de-Courteraie dans l'Orne vont permettre d'établir la sélection des chevaux qui seront présentés à l'approbation le premier jour du Concours national, le 28 septembre toute la journée, au haras du Pin.










samedi 28 juillet 2012

Rapport D'Enquête

Jeudi dernier, au siège de la SHPF à Nogent-le-Rotrou, Davy Gesbert et Claude Adenis, respectivement président et vice-président du Syndicat ornais du cheval percheron, ont rencontré François Chouanard, président de la Société hippique percheronne de France, pour lui communiquer les résultats de l'enquête d'opinion effectuée récemment par le Syndicat ornais.


Les responsables du Syndicat ornais, qui compte actuellement une centaine d'adhérents, souhaitaient "introduire une nouvelle forme de communication" et "regrouper un certain nombre de souhaits des éleveurs, utilisateurs et passionnés ornais réunis autour du cheval percheron".
À cet effet un questionnaire avait été adressé à 391 propriétaires ou anciens propriétaires de chevaux percherons de l'Orne ainsi qu'à des passionnés connus de la race. Composé de questions "fermées" (réponses simples par oui ou non) et de questions "ouvertes" (réponses libres), ce questionnaire a été rempli et retourné par 52 personnes. Un chiffre plutôt satisfaisant pour ce type d'enquête.
15 éleveurs, 14 éleveurs/utilisateurs, 15 utilisateurs et 8 passionnés ont répondu à l'enquête. Toutes les réponses ont fait l'objet d'un traitement quasi scientifique et c'est un rapport d'enquête détaillé de 23 pages, avec des données chiffrées agrémentées de tableaux statistiques mais comportant aussi des commentaires libres des personnes "enquêtées", qui a été remis à la SHPF.


Impossible de restituer en quelques lignes la totalité du document -qui est consultable sur le site Internet de la SHPF. Seule une lecture attentive des données statistiques permet de pénétrer au coeur du mode de pensée percheron ornais. C'est d'ailleurs parfois le pourcentage de "non réponses" qui est en soi riche d'informations.
Voici, livrées pêle-mêle, quelques conclusions de ce rapport que toute personne ayant tissé des liens affectifs avec la race percheronne devrait avoir à coeur de lire.
  • "Plus de transparence et d'informations sur les concours, les résultats, l'existence des poulains, des étalons...".
  • "Les utilisateurs sont moins sensibles à la couleur de la robe...".
  • "Les utilisateurs sont unanimes, les chevaux de plus de 5 ans doivent avoir leur place...".
Quantité d'autres thèmes sont abordés : la filière boucherie, les animations, les jugements sur les concours...

Parmi les réponses libres, citons ce court extrait : "Heureuse initiative que votre questionnaire. Je pense que notre élevage de percherons est en pleine mutation...".



Pour consulter le rapport d'enquête réalisé par le Syndicat ornais du cheval percheron :
Site SHPF www.percheron-france.org , rubrique Actualités, titre de l'article "Le Syndicat ornais du cheval percheron mène l'enquête".
Lien direct vers le rapport d'enquête publié sur le site de la SHPF :


vendredi 27 juillet 2012

Concours De Peterborough


À l'occasion du East of England Show à Peterborough a eu lieu un petit concours d'élevage pour chacune des races britanniques : percherons, Shires, Clydesdales et Suffolks.
Chez les percherons, Willingham Etoile à E. Bailey and Sons (photo ci-dessus) a remporté sa catégorie Juments 3 ans et +.



Percheronne de l'élevage Garner and Sons.


Poulain percheron.


À l'heure du toilettage, on utilise une sciure de bois très fine pour sécher les longs poils des Shires et des Clydesdales.



Concours race Suffolk Punch.


Concours race Clydesdale.


Concours race Shire.

jeudi 26 juillet 2012

Percherons Du Michigan

Avec l'aide très active de Bill Garland, qui faisait partie avec sa femme du groupe américain/canadien présent au Mondial 2011 au haras du Pin, j'ai pu découvrir pendant quelques jours plusieurs élevages de l'État du Michigan.
Très accueillants, les éleveurs se sont fait un plaisir de me présenter juments et étalons. Petit tour percheron du Michigan en quelques photos.

Tim Marshall à Ionia.


Une vingtaine de chevaux, essentiellement des percherons mais aussi quelques chevaux plus légers. Particularité de Tim Marshall : il vend la plupart de ses chevaux par l'intermédiaire d'Internet.
Comme beaucoup d'éleveurs visités, Tim Marshall possède quelques poulinières de type "trait", avec du cadre sur des membres assez fins (en fait, 2 poulinières de ce type pour Tim). "C'est ce modèle que je préfère, mais si on veut gagner un peu d'argent, on est obligé d'en passer par le type percheron de show". Un discours que l'on entend chez la plupart des éleveurs qui ne sont pas engagés dans l'attelage de show mais qui néanmoins cherchent à produire quelques chevaux de ce type pour des raisons financières.


David Hardy à Saranac.


La famille Hardy est bien implantée dans la région de Saranac et tout le monde est plus ou moins impliqué dans l'élevage de percherons. David, membre du Board of Directors de l'Association percheronne américaine, nous présente un de ses 2 étalons, Thunder's Supreme. Une écurie d'une vingtaine de chevaux, davantage orientée vers le percheron de show.



John Hardy à Saranac.



En l'absence de son cousin John, c'est David qui nous fait visiter cet élevage lui aussi situé à Saranac.


Bill Garland à Charlotte.


Bill nous présente Garland Farm's Khaleesi, une pouliche d'1 an qui devrait dans un avenir proche affoler les toises américaines.
Nous reviendrons plus en détail sur l'élevage de Bill Garland dans les jours à venir.


Arron Rice à Battle Creek.


Un éleveur très actif au sein des associations liées aux chevaux de trait dans le Michigan. Un élevage assez diversifié, avec une égale proportion de noirs et de gris.


Jim Kerwin à Schoolcraft.


À l'occasion d'un voyage en Allemagne, Jim et sa femme ont passé le dimanche du Congrès mondial 2011 au haras du Pin. En toute discrétion.
Un élevage assez typé show, sans pour autant en adopter tous les excès.


D'autres images à venir de l'élevage Doyle et Renee Dingman, une écurie d'attelage de show.

mercredi 25 juillet 2012

Concours Sous Haute Tension


Après Vautorte en Mayenne, la 2ème étape de la sélection des mâles percherons a eu lieu au Grand-Lucé dans la Sarthe.
Concours sous haute tension puisqu'il s'est déroulé au pied de pylônes imposants qui nous permettent, à nous Sarthois, d'être des gens éclairés.
À propos d'électricité, j'aimerais bien faire des photos de chevaux de trait au travail juste devant une centrale nucléaire. Si vous connaissez ça, faites-moi signe.
Les résultats de ce concours ? Ils vous tendent les bras sur le site du Syndicat percheron de la Sarthe : http://syndicat.percheron72.perso.sfr.fr

  • Albatros de Crenon, à Pierre-Yves Berger.

  • Aqualito d'Horjad, à Didier Gesbert.

  • Alaska des Hâtes, à Dominique Heuzé.

  • Atila de Vanoise, à Lionel Blanchet.

  • Astérix de Vanoise, à Lionel Blanchet.

  • Voltaire du Buat, à Duarte Trigo.

  • Abciss de l'Arpenteau, à Alain Viot.

  • Udrillo d'Égée, à France Haras.

  • Uribon de Crenon, à Pierre-Yves Berger.


  • Un Brin de Muguet, à Romain Laurent.