vendredi 30 novembre 2012

Upac En Star Du Salon De L'Agriculture


Ne soyez pas étonnés si, en vous connectant sur le site Internet du Salon de l'Agriculture (www.salon-agriculture.com), vous découvrez la percheronne Upac, à Didier Lalonde, en gros plan.
En effet, Upac est l'une des 7 stars à l'affiche du Salon 2013 qui met à l'honneur non plus 1 mais 7 animaux. Ces animaux représentent les 7 espèces qui sont habilitées à participer au Concours général agricole. Upac, jument de race percheronne, représente les équins, aux côtés d'un âne de Provence, d'une chienne de la race Berger de Beauce, d'une chèvre de la race Alpine, d'une vache de la race Normande, d'un bélier de la race Mérinos de Rambouillet, et d'une cochette de la race Cul noir Limousin.
Tous ces animaux seront présents pendant le Salon, en différents endroits. Upac sera visible au pavillon 6.


Lors du Salon 2012, tous ces animaux ont été photographiés dans le studio du Salon afin de préparer les affiches de l'édition 2013.
Suivons donc Upac, superbement toilettée, qui se dirige vers le studio pour la séance de prises de vues.


Il faut bien reconnaître que Upac n'a pas fait preuve de beaucoup de bonne volonté pendant cette séance ! Il a fallu utiliser de nombreux artifices pour qu'elle accepte de prendre une pose digne d'une star. Mais avec beaucoup de patience, les photographes sont parvenus à leur fin.





jeudi 29 novembre 2012

Agilis, Encore Plus Léger

  • Jacques Buchoux avec le nouveau collier Agilis.
Un peu plus d'un an après la sortie de son collier de travail Espédis -dont le poids était 9,5 kg-, la Sellerie percheronne de Sylvie et Jara Buschhoff frappe une nouvelle fois avec la mise sur le marché d'un nouveau collier baptisé Agilis, d'un poids de... 6,4 kg. Plus léger, tu voles !

Mettant à profit ses connaissances des matériaux de pointe acquises au travers d'une longue carrière dans le milieu de l'aéronautique, Jacques Buchoux -concepteur avec Laurent Mulowsky du collier Espédis- s'est remis à l'ouvrage en gardant comme objectif de diminuer encore le poids du collier tout en conservant une résistance égale, voire supérieure.
Les alliés de Jacques Buchoux dans cette nouvelle aventure ont pour nom magnésium et titane. En effet, si le collier Agilis reprend les formes générales et les composants du collier Espédis, les deux armatures ne sont plus fondues en alliage d'aluminium mais en alliage de magnésium "Élektron 21", ce qui permet de gagner 30% de masse, et toute la visserie est en titane grade 5, alliage très utilisé en Formule 1, qui a la particularité d'être deux fois moins lourd que l'acier, avec une résistance supérieure. Le support garrot a été réalisé en carbone de manière, là encore, à gagner en poids. Au final, le poids du collier de travail Agilis tout équipé s'établit précisément à 6,4 kg. Un record pour un collier de travail polyvalent.

  • Le collier Agilis a été testé à plusieurs reprises sur les chevaux du domaine viticole Clos Cristal à Champigny près de Saumur.

  • Pendant une séance de travail sur le domaine Clos Cristal, qui appartient aux Hospices de Saumur et dont la gestion est confiée à Éric Dubois.

  • Le nouveau collier Agilis (photo Sellerie percheronne, ainsi que toutes photos suivantes).

Le collier Agilis en alliage de magnésium moulé garde ses nombreuses possibilités de réglages, 70 au total. Son ouverture totale à 180° le rend très facile à poser sur l'encolure d'un cheval.
De telles caractéristiques amènent à penser que le collier Agilis devrait séduire une clientèle féminine de plus en plus présente dans tout les secteurs de la traction animale. On peut aussi penser que des communes ou des villes qui ont à coeur de donner une image résolument moderne de l'utilisation du cheval avec le souci de prendre en compte le confort des chevaux et des meneurs, verront d'un bon oeil l'arrivée sur le marché de ce collier innovant.

Le collier Agilis sera présenté au Trophée de l'Innovation à l'occasion du Salon du Cheval, Villepinte-Paris-Nord, du 1er au 9 décembre.

  • Support garrot en fibre de carbone.

  • Moulage et usinage des armatures en alliage de magnésium.



Sellerie percheronne
Sylvie et Jara Buschhoff
8, rue des Templiers
41170 Saint-Agil
Téléphone : 02.54.80.74.17.

mercredi 28 novembre 2012

Des Percherons Au Palais Du Luxembourg


Des Percherons sous les ors de la République, ce n'est pas si souvent ! Plus précisément, au Palais du Luxembourg où siège le Sénat. C'était la semaine dernière, jeudi 22 novembre.



Si les chevaux percherons ont fait une apparition au Palais du Luxembourg, c'est par l'image. C'est Quarté des Grappes, l'étalon noir de Bernard Boblet -éleveur à Origny-le-Butin dans l'Orne-, que l'on a pu voir sur grand écran à l'occasion d'une réception organisée à l'initiative de Nathalie Goulet, sénateur de l'Orne.

  • De gauche à droite : Soline Roux, Nathalie Goulet et Bernard Boblet.
Dans le cadre des animations de l'association Cheval Rural Europe Express, présidée par Jean-Paul Chauffour, a eu lieu au Palais du Luxembourg une rencontre d'artistes autour du thème du cheval, intitulée "Des Chevaux et des Hommes". Profitant de cet événement, Nathalie Goulet a réuni des Perriérois pour mettre en valeur le travail de Soline Roux, jeune photographe de La Perrière, qui a été invitée à présenter quelques-unes des photos qu'elle est en train de réaliser dans cette commune. Un travail intitulé "Tel Maître, Telle Bête", pour lequel Soline Roux a photographié les habitants de la commune et des environs avec leur animal préféré.

On ne sera pas étonné que dans la famille Boblet, le choix se soit porté sur le cheval percheron. Bernard Boblet posant avec Quarté des Grappes, Bernadette sa fille et Léa sa petite-fille avec Colorado du Gué.


  • Raymonde Boblet à gauche. De l'autre côté de la table : Anthony Savale, Franck Fouasnon et Soline Roux.

Commencé en janvier 2012, le travail de Soline Roux devrait trouver sa conclusion au printemps 2013, avec sans doute une exposition à La Perrière. Aux côtés de Quarté et de Colorado, on pourra découvrir un bestiaire éclectique, parfois inattendu. Toutes les photos ont été réalisées dans un coin de grange aménagé en studio dans un décor minimaliste.


  • Pendant les discours officiels. De gauche à droite : Jean-Paul Chauffour, président de Cheval Rural Europe Express ; Daniel Chemin, maire de La Perrière ; Nathalie Goulet, sénateur de l'Orne ; Jean-François de Caffarelli, conseiller général représentant Alain Lambert, ancien ministre et président du Conseil général de l'Orne.

Daniel Chemin, le maire de La Perrière, était visiblement ravi de l'honneur fait aux habitants de sa commune et au cheval percheron. Un cheval percheron qu'il verrait bien, l'été prochain, animer une belle fête dans le cadre pittoresque de la petite cité de caractère ornaise. L'intérêt que porte Daniel Chemin au percheron s'explique aisément. Avant de prendre sa retraite à La Perrière, il a fait partie de la grande maison des Haras nationaux, dirigeant -entre autres- le Haras national d'Uzès dans le Gard.

  • Jean-François de Caffarelli (à gauche) avec Anthony Savale, membre du Conseil d'administration du Syndicat ornais du cheval percheron.

  • Franck Fouasnon, captivé par les discours officiels, ne s'est pas aperçu que sa femme et sa fille ainsi que Colorado du Gué étaient à l'écran.


mardi 27 novembre 2012

On Nous A Envoyé

Denis Vallée.


L'exode vers l'Est des chevaux percherons se poursuit. Dimanche 18 novembre, ce sont les deux pouliches Coquette de la Noé et Charmante de la Noé, de l'élevage Denis Vallée à Cossé-le-Vivien en Mayenne, qui ont été embarquées à bord d'un camion de la compagnie Horse Trans Cargo à destination de la Hongrie.
Ce départ fait suite au passage au haras national du Lion-d'Angers d'acheteurs hongrois venus de Kecskemèt à 80 km au sud de Budapest. La visite avait été orchestrée par Philippe Foucher du Conseil des Équidés des Pays de la Loire.
Les deux pouliches n'ont pas voyagé seules. En montant dans le camion, elles ont eu le plaisir de voir que d'autres chevaux, une pouliche et une jument, et même un âne, feraient le voyage avec elles. Parti à 16 h 30, le camion de transport devait arriver le lendemain matin en Allemagne pour que hommes et chevaux puissent se reposer une douzaine d'heures avant de reprendre la route pour atteindre Budapest le lendemain matin, le mardi.





En observateurs attentifs de ce blog, vous aurez sûrement noté que la compagnie Horse Trans Cargo est celle qui avait transporté la paire de percheronnes de Raphaël Breton vers l'Italie. Même compagnie, donc, camion différent, d'après les plaques d'immatriculation, mais... même chauffeur !

Valérie Bouteloup.




Alors que la chaîne de télévision M6 lance une nouvelle émission intitulée "Le meilleur pâtissier", nous pouvons affirmer que nous avons, avec Valérie Bouteloup, la meilleure pâtissière percheronne. Pour preuve, ce dessert qu'elle a concocté pour l'anniversaire de sa maman et pour fêter la 2ème place de Qésako de la Chapelle au concours de hongres de la Bazoche-Gouet. C'est la 4ème année consécutive que Qésako obtient la 2nde place de ce concours, ce qui lui a valu d'être re-baptisé "Poulidor" par Valérie.



lundi 26 novembre 2012

Allemands Et Belges Mènent La Danse



"Il y a eu de l'herbe, cet été, les poulains sont en état", tel était le constat éclairé que faisait Pierre-Yves Berger à son arrivée sur le site de la foire aux poulains du Mêle-sur-Sarthe dans l'Orne qui s'est déroulée le samedi 24 novembre.
Dès 9 heures du matin, tous les poulains étaient alignés le long des balustrades, attendant plus ou moins sagement le passage des acheteurs. Il y avait 80 mâles et 40 femelles inscrits au concours de poulains.






On a vite compris que l'édition 2012 de la foire de la Saint-André aurait une saveur particulière. Un groupe d'acheteurs allemands, parmi lesquels Baptist Falter et Albert Graaf, des "habitués du percheron", ont tout de suite montré qu'ils n'étaient pas venus en touristes mais bien pour se porter acquéreurs de poulains percherons. Des acheteurs belges entendaient bien ne pas s'en laisser conter, et nos amis anglais étaient là aussi (photo ci-dessus).
Les principaux éleveurs de mâles s'étaient aussi déplacés au cas où un étalon en devenir leur aurait échappé sur les concours ou à l'occasion de leurs déplacements.
Toute la matinée, on a pu apercevoir éleveurs et acheteurs griffonner des prix sur des bouts de papier ou tapoter avec leurs gros doigts malcommodes sur des calculettes ou des téléphones portables aux touches minuscules, avant -dans certains cas- d'échanger une poignée de mains ferme à valeur de contrat.
À noter que Baptist Falter et Albert Graaf avaient, dans les jours précédents, parcouru quelques élevages à la recherche de percherons noirs pour leurs attelages de brasserie. Cinq ventes au moins auraient ainsi été réalisées en préambule au rassemblement du Mêle.



On s'accorde à penser que 20 poulains partiront vers l'Allemagne, 14 vers la Belgique, et 1 vers l'Angleterre. Voilà pour l'étranger. Côté ventes françaises, il est quasi impossible de faire un bilan.
Les prix de vente avec les acheteurs étrangers étaient situés dans une fourchette de 600 à 1500 €. Des plus chers, on peut être sûr qu'ils connaîtront les flonflons des fêtes bavaroises et qu'ils verront la bière couler à flots. Des autres, on peut difficilement présager de leur destinée. Les inscriptions en allemand sur les côtés d'un camion donnent cependant quelques indications : "Commerce de bovins, chevaux et viande".
Bien sûr, il y a eu aussi le concours des poulains et pouliches qui intéresse toujours beaucoup de monde et qui permet de repérer les percherons d'avenir.


On se souvient en général de la foire du Mêle en faisant référence à la météo : "Ah, cette année-là il gelait dur !". De l'édition 2012, on se souviendra que les étrangers ont fait une petite razzia. Ce qui n'était pas pour déplaire à quelques éleveurs, ravis que les marchands locaux aient trouvé de la concurrence.



mercredi 21 novembre 2012

Millefeuille Crème Forestière











Forêt domaniale de Tourouvre, le lundi 19 novembre 2012.
Christine Sallé avec Oncle Alfred, Rêveuse, Ursula, traits percherons.