mercredi 31 juillet 2013

Entraide En Maraîchage

















Marie Maisonneuve à gauche avec l'aide de Céline Choquet, stagiaire.

Mary Lemoine et Yannick Dussans.

















Cyril Berthet travaille avec Quinoa, Franches-Montagnes.

"Faire pousser des légumes en Petite Montagne ? Quelle idée !", ont pu dire certains en voyant des maraîchers s'installer dans cette zone rurale, un peu isolée, du Jura. Et qui plus est, en traction animale.

Ce n'est donc pas à un maraîcher que nous allons rendre visite aujourd'hui, mais à trois, installés au sud de Lons-le-Saunier, entre 10 et 20 km autour de la petite ville d'Orgelet : Marie Maisonneuve du Potager sous la rochette à Saint-Maur ; Mary Lemoine des Jardins de Suzon à Nancuise ; et Cyril Berthet de la ferme de la Peyrouse à Louvenne.
Si Marie Maisonneuve, avec 6 saisons de production de légumes et de plantes médicinales derrière elle, fait figure d'ancienne, il n'en va pas de même pour Mary lemoine qui effectue sa 1ère année de production sur ce site avec une expérience de 2 autres années dans une autre ferme maraîchère, et pour Cyril Berthet dans la phase de création de son activité qu'il mène conjointement avec Loïc Lérissel.

















Marie Maisonneuve avec Kady, jument comtoise.

















Cyril Berthet n'a pas oublié ses 20 années de maréchalerie en région Rhône-Alpes.
















Mary Lemoine et Yannick Dussans avec Suzon, jument comtoise.

Ces jeunes maraîchers relativement proches géographiquement les uns des autres ne se livrent-ils pas une concurrence acharnée ? Bien au contraire. Leur leitmotiv se résume à ces deux mots : entraide et solidarité.
Cette entraide qui leur est chère concerne bien évidemment la production de légumes mais aussi la traction animale qu'ils utilisent tous dans la préparation du sol et dans l'entretien des cultures. Tous soulignent l'aide précieuse que leur apporte dans la gestion des chevaux Éric André, prestataire en traction animale plutôt actif, lui, dans le domaine de la vigne. Mais cette entraide va bien au-delà du conseil. Tous ces maraîchers et quelques-uns de leurs amis se retrouvent régulièrement pour prêter main forte à l'un ou à l'autre, par exemple pour défricher un bout de terrain, construire une serre ou un abri, organiser un rassemblement autour de la traction animale.

















La présence de plusieurs maraîchers bio en traction animale dans cette région du Jura ne doit rien au hasard. Le CFPPA de Montmorot près de Lons-le-Saunier, avec ses formations en agriculture et en maraîchage bio ainsi qu'en traction animale, est bien évidemment un pourvoyeur de candidats maraîchers.

Avec des conditions météo particulièrement difficiles au printemps dernier, les productions maraîchères de la Petite Montagne ont pris quelque retard mais sont désormais bien lancées. Vente à la ferme, sur les marchés, vente par l'intermédiaire de magasins de producteurs, de Biocoop, vente par Internet, bref toute la palette des moyens de commercialiser les légumes est utilisée par les maraîchers de la Petite Montagne en fonction des circonstances et de la situation de chacun... Toujours avec les mêmes mots d'ordre : entraide et solidarité.



















Marie Maisonneuve
Le Potager sous la rochette
39570 Saint-Maur
03.84.47.38.85.

Mary Lemoine
Les Jardins de Suzon
39270 Nancuise
06.62.87.13.63.

Cyril Berthet et Loïc Lérissel
Earl La Ferme de la Peyrouse
6, rue du Faubourg
39320 Louvenne
09.64.44.37.05.
06.76.78.78.60.

mardi 30 juillet 2013

Sérénité Avant L'Orage


Ces images d'une grande sérénité ont été prises quelques semaines avant qu'un violent orage ne vienne frapper toute la région bordelaise et les alentours de Pauillac en particulier où est situé le domaine Château Latour.

Avec de 6 à 12 chevaux occupés en permanence dans les vignes, le domaine Château Latour fait partie des figures de pointe de l'utilisation de l'énergie animale. Particularité à souligner, la gestion de la traction animale assurée pour une moitié en interne avec 6 chevaux et pour l'autre moitié confiée à un prestataire de services, en l'occurrence Ramon Garcia qui intervient lui aussi avec plusieurs chevaux, jusqu'à 6 quand le besoin s'en fait sentir.

Le domaine Château Latour se distingue depuis quelques années par sa volonté d'être un lieu d'innovation en matière de matériels pour le travail du sol et l'entretien de la vigne au cheval. La campagne 2014 devrait être riche en nouveautés sur le domaine Château Latour. Affaire à suivre.








Château Latour

Ramon Garcia
06.03.37.05.96.

lundi 29 juillet 2013

Je Porte, Tu Balises






















En franchissant la passe de la Berche à 2368 m d'altitude, Kangoo la mule et Rasta le mulet peuvent avoir le sentiment d'avoir accompli la plus grande partie de leur journée de travail. Pierre et Philippe, quant à eux, ont encore l'essentiel de leur journée à faire.
Pierre Perrachon et Philippe Escalle ont passé une grande partie des mois de juin et juillet, 42 jours exactement, à baliser 20 parcours de randonnée de longueur et de difficultés variables sur la commune de La Grave dans les Hautes-Alpes. Aujourd'hui, les deux muletiers ont pour objectif le balisage d'une partie du circuit 8 sur tout le secteur qui serpente dans les grandes étendues d'herbe du plateau d'Emparis. En face, la montagne de la Meije avec ses glaciers et ses trois pics qui flirtent avec les 4000 m, le Grand Pic, le Doigt de Dieu et le Pic central. La montagne de la Meije, en bordure nord-ouest du massif des Écrins, appartient au bassin de l'Oisans.


















Pierre et Philippe, impliqués depuis quelques années dans le milieu de la traction animale, ont eu d'autres vies avant cela. Pierre, mécanicien-ajusteur pendant 15 ans, s'est ensuite tourné vers des activités liées à l'accompagnement et à la randonnée en montagne. Philippe a connu un parcours plus linéaire de 30 années dans la banque.
Clairement en phase de reconversion, Pierre Perrachon et Philippe Escalle ont choisi une méthode douce pour intégrer leur nouveau milieu professionnel. En effet, ils ont choisi de travailler en SCOP, Natura-SCOP pour Pierre et ARCOOP pour Philippe. Intégrer une SCOP ne correspond pas à proprement parler à la création d'une entreprise mais à la création d'une activité nouvelle sous le statut d'entrepreneur-salarié dans le cadre juridique d'une coopérative existante. L'entrepreneur est responsable de la mise en œuvre et du développement de son activité et il bénéficie du soutien de la coopérative pour les obligations comptables, administratives et sociales.


















Philippe Escalle à gauche et Pierre Perrachon.
















Le travail de balisage des 20 circuits de randonnée, de 2 heures pour le plus court et de 7 jours pour le plus long, résulte de la volonté de l'association Les Chemins d'avant et de son président Denis Lavenant de faire renaître les chemins de mules d'autrefois et par là même d'offrir aux promeneurs et aux randonneurs de superbes parcours balisés dans une zone classée Natura 2000.
Ce travail de balisage réalisé par Pierre et Philippe doit beaucoup aux mules et au mulet qui ont quotidiennement acheminé le matériel sur les hauteurs. Pour les premières semaines de travail, c'est Nikita du Moulin 2, mule poitevine et Uryaz de l'Ogerie dit "Rasta", mulet poitevin, qui ont effectué le portage. Nikita et Rasta ont été formés au travail par le débardeur sarthois Jean-Baptiste Ricard.
En cours de chantier, Nikita, victime d'une piroplasmose, a dû interrompre son activité pendant quelque temps avant de retrouver toute sa vaillance. Le travail de Pierre et Philippe a pu se poursuivre grâce à Kangoo, une autre mule mise à disposition par Serge Tuaz, acteur de la traction animale en Haute-Savoie. Un épisode qui aura permis à Pierre Perrachon et Philippe Escalle de souligner le fort esprit d'entraide et de solidarité qui règne dans le milieu de la montagne.

















Pierre Perrachon
Équi-Savoie-Environnement
Villa Romanet
269, allée de Rochefort
73700 Bourg-Saint-Maurice
06.81.09.16.19.

Philippe Escalle
Traits à Propos
38210 Saint-Quentin-sur-Isère
06.84.97.13.15.

Pour tout savoir sur les chemins de randonnée de la Grave-la Meije, consulter le site :

samedi 27 juillet 2013

Percherons Et Tradition





















Le 14 juillet, la cour d'honneur du haras du Pin a vécu à l'heure de la tradition. De l'attelage de tradition. À cette occasion, le haras bas-normand présentait deux attelages percherons. Une paire composée de Safir du Caroi et de Reggae, menée par Jack Retureau et un attelage à 4, composé en timon de Trapèze et Rêveur et en volée de Tenzo d'Égée et de Spectacle Fauvelière, mené par François Noël. La paire était attelée à un squelette d'exercice et l'attelage à 4 à un break des Haras.

À propos de la "photo mystère" publiée sur ce blog il y a quelques jours et qui avait été prise à l'occasion de ce concours de tradition, voici la solution : il fallait voir que, sous l'uniforme rouge des Haras nationaux, à côté de François Noël, se cachait Claude Segaud, éleveur et utilisateur de chevaux percherons qui, donc, ne fait pas partie du personnel des Haras nationaux. On peut bien évidemment en conclure que, si les Haras n'ont plus beaucoup de chevaux, ils semblent être aussi démunis en ce qui concerne les hommes...



vendredi 26 juillet 2013

Des Mâles En Forte Chaleur

















Du haras de Brassé en ce lundi 22 juillet, on eût aimé qu'il brassât du vent pour accueillir moins chaleureusement les percherons mâles sarthois.
Cet après-midi-là, au Grand Lucé, avec une température qui dépassait largement les 30°, il eût été inconvenant de parler par exemple de... semence congelée. On s'est donc contenté de juger le modèle et les allures des candidats reproducteurs.
À voir les mâles présents, on pourrait conclure que la race percheronne passe au noir, sans toutefois y mettre les formes. Bref, beaucoup de percherons noirs et des chevaux qui ont parfois un peu oublié les rondeurs qui faisaient auparavant les charmes de la race. Il est vrai que le gros de la troupe était constitué de mâles de 2 ans, encore en pleine adolescence et loin d'être au mieux de leurs formes.

Biki de St Aignan à Lionel Blanchet.

















Ardent d'Epernu à Eugène Richer.
















Auditeur de la Haize à Doriane Laurent.


















Albatros de Crenon à Pierre-Yves Berger.

















Brutus de Vanoise à Lionel Blanchet.

En fin d'après-midi, tous les mâles du haras de Brassé tenaient sensiblement le même langage, exprimant le souhait que les prochaines chaleurs auxquelles ils seraient confrontés seraient un peu plus constructives en terme de reproduction.

















Ardent d'Epernu à Eugène Richer.

















Baryton Joly à Eugène Richer.

Le concours des mâles terminé, le haras de Brassé n'en a pas pour autant fini avec les chevaux de trait. En effet, les 3 et 4 août, deux nouvelles journées dédiées en grande partie aux chevaux de trait vous sont proposées.
Avec un derby organisé sur les deux jours et ouvert à tout type de chevaux ; et le 4 aôut à 14 heures avec un concours de traction réservé aux chevaux de trait.