lundi 13 août 2018

Sœurs et Paire




Tête haute, oreilles pointées vers le ciel, trottant d'un même pas, Beltaine de Theuret et Castalia de Theuret, percheronnes toutes deux filles de Titus de Vanoise, parcourent fièrement les chemins creux de campagne qui entourent la ville de Bonnétable dans la Sarthe.












Elevage Catherine et Raphaël Breton
Theuret 
72110 Bonnétable
02.43.29.06.78

samedi 11 août 2018

Eco 15 Août







Le 15 août à l’Écomusée du Perche, le cheval percheron se donne en spectacle. Depuis de nombreuses années et en 2018 encore.












Écomusée du Perche
Sainte-Gauburge
Saint-Cyr-la-Rosière
Orne

vendredi 10 août 2018

Joë "Browning"

Pendant plusieurs décennies, dans la seconde moitié du 19ème siècle, la ferme de la Chénellière, sur la route de Masle à Nogent-le-Rotrou, a été, sous la direction d'Ernest Perriot, un des hauts-lieux de l'élevage du cheval percheron.



















Ernest Perriot, éleveur et étalonnier à la Chénellière. ©A history of percheron horse, Sanders, 1917

De nombreux acheteurs américains, Mark W. Dunham en tête, avaient fait de cette ferme percheronne une étape incontournable lors de leurs achats dans le Perche. 



















Mark W. Dunham, de Wayne en Illinois, visiteur régulier de la ferme de la Chénellière ©Coll. Armbrust


Brilliant, étalon sorti des écuries de la Chénellière, importé par Mark W. Dunham aux Etats-Unis en 1881 ©Coll. Armbrust

En 1919, alors que le conflit mondial de 1914-1918 est terminé et que les troupes américaines se replient vers les ports français pour embarquer à destination de leur pays, de nombreux régiments américains font étape à Nogent-le-Rotrou sur la route du retour.
En mai, la ferme de la Chénellière a reçu une visite "américaine" un peu particulière. Une visite qu'Ernest Perriot n'aurait sans doute guère appréciée s'il avait encore été de ce monde.

Raconté dans le Nogentais du 18 mai 1919, sous le titre "Le citoyen "Browning" fait trop parler de lui", cet épisode nous confirme que si la conquête de l'Amérique s'est faite une Bible dans une main, elle s'est aussi faite ... un revolver dans l'autre.

"Ce n'est pas critiquer injustement nos amis d'Amérique que de dire qu'ils font du revolver un usage immodéré. Il n'est pas de semaine sans que des coups de feu ne soient tirés un peu à la légère, soit entre soldats, soit sur des civils. Ce dernier cas s'est produit dimanche soir dans notre région.
Le motocycliste Joë Mayer, âgé de 28 ans, qui fait le service de liaison entre Le Mans et Nogent, avait quitté cette dernière ville sans vérifier sa provision d'essence. A peine sorti de la ville, sur la route de Masle, la panne se produisit, juste avant d'arriver à la Chénellière.
Justement arrivait M. Renaudin, 31 ans, cultivateur à l'Ecu, dont la carriole était chargée de six personnes. Le soldat lui fit signe d'arrêter en ponctuant son geste de coups de revolver peu rassurants, qui engagèrent les voyageurs à se réfugier dans la cour de la Chénellière, où ils furent suivis par l'américain, qui insista pour être conduit à Nogent. Il sauta du reste dans la voiture, et M. Renaudin y prit place avec son ami M. Garnier plutôt que d'abandonner son attelage. Mais chemin faisant, trouvant ce mode de locomotion trop lent, le motocycliste saisit les guides et le fouet pour activer le cheval, si bien que les deux hommes le descendirent un peu brusquement du véhicule et poussèrent jusqu'à Nogent, poursuivis à coups de Browning dont l'une des balles traversa les deux cuisses de M. Renaudin qui, perdant son sang, fut conduit au Cheval-percheron, où il reçut les soins du Docteur Foucault, puis à son domicile, où il est actuellement soigné. Heureusement le projectile a traversé le gras des chairs sans causer une blessure grave.
Quant au coupable, il fut cueilli presque aussitôt par la police américaine et écroué à Nogent. L'enquête a établi qu'il n'a pas tiré moins d'une vingtaine de balles, tant sur la route que dans le quartier Saint-Lazare, où il continuait ses excentricités après l'exploit que nous venons de raconter".


Arrivée de la diligence ©Scribner's monthly

Américain un jour, américain toujours.

mercredi 8 août 2018

Police Montée À Clare




Les récents HPD, qui se sont déroulés à Clare dans le Michigan aux Etats-Unis, ont été l'occasion de découvrir la police montée de la ville. Chacun des deux jours de l'événement, une équipe de deux policiers municipaux a patrouillé sur le site, le premier jour avec deux percherons et le second jour avec un percheron et un quarter horse. A l'origine, composée de chevaux quarter horse, la brigade montée compte désormais dans ses rangs plusieurs percherons.
La brigade montée de Clare est principalement affectée à deux types d'activités, la surveillance et le contrôle de foules lors d'événements populaires et la recherche de personnes disparues, le cheval "réagissant " au moindre bruit, ce qui permet, par exemple en milieu forestier, de localiser des personnes désorientées.







jeudi 2 août 2018

Vendôme Jour et Nuit



"C'est par cette porte de pierre que vous apercevez sur la droite qu'Henri IV et son armée sont passés pour rejoindre la ville après avoir pris le chateau".
Avec précision, Baptiste passe en revue l'histoire de la ville au gré des monuments et des bâtiments. Pendant les mois de juillet et août, les mercredis et samedis en après-midi, à 15h, 16h et 17h, l'Office de Tourisme de Vendôme et Agil Percherons proposent une visite guidée de la ville en voiture hippomobile, tirée par trois percheronnes, Betty, Amourette, et Beltoise.
Avec un patrimoine historique particulièrement riche et de nombreux espaces verts fleuris, cette visite commentée constitue une manière originale de découvrir cette ville du bord de Loir, en Loir-et-Cher.







"Nous sommes dans le quartier du Grand Pré. Autrefois, ces constructions n'existaient pas, il n'y avait que des prairies et des cultures en ce lieu".
Estelle Mulowsky aux guides et Baptiste Vivinus au micro, sont des prestataires associés, polyvalents, de la traction animale, basés à Saint-Agil près de Mondoubleau. Avec leurs chevaux de trait, ils passent, au gré des demandes, d'activités agricoles, à l''entretien d'espaces naturels ou de transport de personnes, comme c'est le cas en ce mercredi après-midi à Vendôme.







"En juin 1940, les bombardements ont détruit près d'un quart de la ville".
La visite se poursuit. Avec ses percherons attelés "à l'évêque", la voiture hippomobile emprunte à certains moments des rues étroites du cœur historique de la ville. Les principaux édifices de la ville se succèdent devant les yeux ravis des visiteurs, l'Abbatiale de la Trinité, les Halles, l'église de la Madeleine, le Minotaure, le Collège des Oratoriens et bien sûr, la Porte Saint-Georges.




Cette découverte diurne de la ville, en attelage, n'est pas la seule proposée par l'Office de Tourisme. A deux reprises dans la semaine, les mercredis et samedis, pendant tout le mois d'août, Agil Percherons vous entraîne dans une balade gourmande au cœur du quartier historique. 




Cette balade gourmande, " apéritif dînatoire", d'une durée d'une heure trente, est l'occasion de déguster des produits locaux du vendômois. Commencée dans une lumière naturelle, cette balade se poursuit entre chien-et-loup quand les monuments se parent de couleurs artificielles.











Renseignements :

Office de Tourisme de Vendôme
02.54.77.05.07

Agil Percherons
06.20.94.24.23

Réservations :

Balade gourmande uniquement sur réservation. (aux numéros précédents )

Agil Percherons
Estelle Mulowsky
06.32.95.76.65
Baptiste Vivinus
06.20.94.24.23

Office de Tourisme de Vendôme
www.vendome-tourisme.fr