vendredi 19 décembre 2014

Rétro 2014 > Débardage

Brigitte Forêt avec trois traits boulonnais et un trait du Nord.

Un coup de projecteur arrière sur quelques chantiers de débardage et sur le championnat d'Europe qui s'est déroulé à Saint-Bonnet-de-Joux en Saône-et-Loire. À voir en vertical.

Manu Davignon dans une zone humide, très humide.

L'Allemand Anton Laux, champion d'Europe en paire.

Jean-Jacques Séité au championnat d'Europe.

Christine Sallé a participé aux deux épreuves, en simple et en paire, du championnat d'Europe.

Matthieu Le Breton en guerre contre les baccharis.

Dominique Forêt avec ses traits boulonnais.

Aurélie Bardou, elle aussi en simple et en paire au championnat d'Europe.

Jean-François Lafon sur les rives de la Moine.

Léo Ricard dans les arbousiers.

Sylvain Chéron sur le chemin du chantier.

jeudi 18 décembre 2014

Rétro 2014 > HPD

"À vendre".

Ne croyez pas, en découvrant cette photo, que vous êtes sur le nouveau site de vente en ligne "Le Petit Coin de la Traction Animale".
Mais si vous êtes vraiment intéressés par ce chariot agricole, je peux vous indiquer où il se trouve exactement, sur la route qui mène à Sugar Creek dans l'Ohio. Après, à vous de jouer.

Tout cela pour vous dire qu'à l'occasion de cette 1ère rétro 2014, nous allons à nouveau nous pencher sur les Horse Progress Days de Mount Hope dans l'Ohio. C'était les 4 & 5 juillet. Passer Sugar Creek, puis Berlin, encore quelques kilomètres, et nous y voilà. Voyez, le flot des buggies des Amish nous indique que nous sommes tout près de Mount Hope et du site de l'événement.

Avec 6 mules de front.


Fauche motorisée avec des percherons.

Nouveauté 2014 de Pioneer, le cultimulcher, un rouleau brise-mottes combiné avec un vibroculteur et un rouleau-cage pour préparer un sol après le labour.


Semoir percheronnisé.

Avec 8 mules, mais sur deux rangs.

mercredi 17 décembre 2014

Percheron SA Fête Ses 75 Ans


Revenue dans la lumière en 2009 avec l'importation de l'étalon Sympa de Bellevue qui devait remporter deux ans plus tard le titre envié d'Étalon sud-africain de l'année, toutes races confondues, la Société percheronne d'Afrique du Sud fête en 2014 son 75ème anniversaire.

À cette occasion, elle vient d'éditer un album de 74 pages tiré à 1000 exemplaires, qui relate l'histoire du cheval percheron en Afrique du Sud. Les photos sont complétées par des textes soit en afrikaans soit en anglais.
Voici quelques pages extraites de cet album.

Vaillant du Chalus.

Vigoureux.

C'est en mai 1939 qu'a été créée la Société percheronne d'Afrique du Sud (Percheron Horse Breeders' Society of South Africa), avec 23 membres fondateurs. Mais les importations de percherons avaient commencé bien avant cela.
C’est en 1911 que le premier cheval percheron, l’étalon Hammer, pose le pied sur le sol d’Afrique du Sud. Enregistré au stud-book général des races équines en Afrique du Sud, il avait été acheté par J. H. De Wet de la province de Free-State qui vivait près de Boshof sur une ferme qui avait pour nom « Cheval ».


L’élevage percheron d’Afrique du Sud sera en permanence alimenté par des importations qui, jusque dans les années 1930, auront exclusivement pour origine la France. C’est ensuite du Royaume-Uni que viendront les percherons. Au total, ce sont 50 percherons, 17 mâles et 33 femelles, qui feront le voyage entre la France et l’Afrique du Sud. En ce qui concerne le Royaume-Uni, le total des percherons à rejoindre la pointe de l’Afrique sera de 68, 32 mâles et 36 femelles. Dans les années 1920/1930, le Canada a fourni deux étalons à l’Afrique du Sud. Les Etats-Unis feront de même un peu plus tard. L’un des deux étalons percherons d’origine américaine, importé en 1940, était O’Leat, un fils de Leat, reproducteur d’exception qui a marqué la race dans son pays. En 1966 l’étalon Vigoureux sera importé de France par les Sud-Africains. Pendant 43 ans, on parlera de lui comme du dernier percheron importé… jusqu’à l’arrivée en 2009 de Sympa de Bellevue.

Sympa de Bellevue.

Victoire d'Ajain.

"Grâce à une reprise de la demande locale pour ces chevaux et leur génétique depuis quelques années, et l'émergence d'une nouvelle génération d'amoureux et d'éleveurs de percherons, l'avenir de ces gentils géants est bien meilleur qu'il ne l'a été ces dernières décennies."
Gemini Myra.

Concours d'attelage 2014.

 Jack Maritz, Michel Paris et Pamela Taschner, juges sur le concours régional de la province de Gauteng en 2011.

Site Internet de la Société percheronne d'Afrique du Sud :
http://www.percheronsa.co.za 

mardi 16 décembre 2014

Actionnaires Sans Le Savoir

Les Haras nationaux avaient leurs boutiques. La SFET a désormais la sienne. En ligne, bien sûr. Voici le texte publié il y a quelques jours sur la page Twitter de la SFET :
"La boutique en ligne de la Société Française des Équidés de Travail ouvre ses portes !

Le partenariat signé entre la SFET et Équidés-Équipement, une boutique en ligne dédiée aux équidés de travail : équipement du cavalier, clôtures, entretien des écuries, soins aux équidés (pansage, toilettage, alimentation, abreuvement...), attelage, maréchalerie... va permettre aux détenteurs de bons d’achat délivrés par les organisateurs des concours du Parcours d’Excellence du Jeune Équidé de Travail de faire leurs emplettes de fin d’année…
Ce magasin est désormais le vôtre ! Vous en êtes les actionnaires, et il vous appartient de le faire vivre... pour en récolter les dividendes."

Voilà une grande nouvelle. "Ce magasin est désormais le vôtre ! Vous en êtes les actionnaires...".
Merveilleux monde du cheval de trait et des équidés de travail où l'on devient actionnaire sans le savoir. Cadeau du ciel. Bien sûr, cette nouvelle, il faut la trouver, noyée dans les embrouillaminis de l'info "j'aime ça".
Il va falloir s'y faire, c'est le nouveau style de l'information. Des miettes d'infos disséminées sans lien, sans tenant ni aboutissant, jetées sur un site ou sur un réseau dit "social". À chacun de s'y retrouver, d'y comprendre quelque chose. Aucun problème, on sait très bien que lorsqu'ils ne sont pas en vacances à Courchevel ou dans leur riad de Marrakech, les éleveurs et utilisateurs d'animaux de trait passent leur temps sur Facebook et Twitter.

Quand l'information est parcellaire, disséminée, elle n'est nulle part. Un constat valable pour l'information et la communication, ou encore pour les réglementations et les financements. "Les "usines à gaz" sont en marche, à grande vitesse. Dans le monde du cheval de travail, l'heure n'est pas encore au pacte de simplification.
Au sein des races, on voit se dessiner un environnement où une ou deux personnes auront à peu près "la connaissance" quand tous les autres navigueront à vue dans un environnement qu'ils jugeront hostile faute d'avoir eu accès à une information concentrée, claire, précise, accessible à tous, qui puisse être "digérée" par les races puis restituées et diffusées à tout le milieu de l'équidé de travail.

Petits actionnaires des équidés de travail et les autres, unissez-vous, demandez à être correctement informés et exigez, vous aussi, un pacte de simplification.

Traits À La Baisse


"La baisse du cheptel se poursuit". C'est par cette phrase sortie tout droit des bilans chiffrés officiels de l'année 2013 (source : IFCE/SIRE) que l'on peut résumer les évolutions récentes de l'élevage des chevaux de trait en France.

Intéressons-nous d'abord aux naissances.
En 2013, le chiffre des naissances pour la race percheronne vient de passer sous la barre des 1000. Exactement 996. Il y avait 1114 naissances en 2012. En dix ans, la diminution des naissances percheronnes est de 24% (1304 en 2003).

Pour les autres races de trait françaises, la tendance est aussi à la baisse sur les dix dernières années.
- Ardennais. Moins 11% en 10 ans. 685 naissances en 2013.
- Auxois. Moins 1% en 10 ans. 126 naissances en 2013.
- Boulonnais. Moins 46% en 10 ans. 174 naissances en 2013.
- Breton. Moins 18% en 10 ans. 3018 naissances en 2013.
- Cob normand. Moins 61% en 10 ans. 241 naissances en 2013.
- Comtois. Moins 13% en 10 ans. 3805 naissances en 2013.
- Poitevin. Moins 25% en 10 ans. 61 naissances en 2013.
-Trait du Nord. Plus 3% en 10 ans. 127 naissances en 2013.
Le total des naissances toutes races de trait françaises confondues s'élève à 12 014 pour 2013.



Regardons maintenant dans le détail les juments saillies.
En 2013, on a enregistré 1884 juments percheronnes saillies. Il y en avait 2421 en 2008. La baisse est de 6% entre 2012 et 2013 et de 22% en dix ans (2412 en 2003).

Pour les autres races de trait françaises, la baisse des juments saillies est quasiment générale.
- Ardennais. Moins 7% entre 2012 et 2013 et moins 13% en 10 ans.
- Auxois. Moins 2% entre 2012 et 2013 et plus 2% en 10 ans.
- Boulonnais. Moins 8% entre 2012 et 2013 et moins 39% en 10 ans.
- Breton. Moins 7% entre 2012 et 2013 et moins 12% en 10 ans.
- Cob normand. Moins 9% entre 2012 et 2013 et moins 59% en 10 ans.
- Comtois. Moins 8% entre 2012 et 2013 et moins 16% en 10 ans.
- Poitevin. Moins 4% entre 2012 et 2013 et moins 25% en 10 ans.
- Trait du Nord. Moins 10% entre 2012 et 2013 et moins 15% en 10 ans.
Une étude de la répartition géographique des poulinières montre que "plus de 4 poulinières sur 10 sont stationnées en Auvergne, Midi-Pyrénées et Aquitaine".



Une dernière série de chiffres avec les étalons de trait actifs en France en 2013.
En 2013, 179 étalons percherons ont effectué la monte. Une baisse de 1% par rapport à 2012 et un chiffre identique en 2013 à ce qu'il était en 2003.

Dans les autres races, en dehors de la race auxoise, la tendance est à la baisse sur les dix dernières années.
- Ardennais. Moins 17% entre 2003 et 2013.
- Auxois. Plus 8% entre 2003 et 2013.
- Boulonnais. Moins 20% entre 2003 et 2013.
- Breton. Moins 7% entre 2003 et 2013.
- Cob normand. Moins 33% entre 2003 et 2013.
- Comtois. Moins 1% entre 2003 et 2013.
- Poitevin. Moins 18% entre 2003 et 2013.
- Trait du Nord. Moins 43% entre 2003 et 2013.
Il n'est pas inutile de rappeler cette phrase du Général de Gaulle rapportée récemment par Didier Deschamps (à propos de l'équipe de France de football) dans Le Journal du Dimanche : "Les statistiques, c'est comme les mini-jupes : ça donne des idées mais ça cache l'essentiel".