vendredi 27 février 2015

Paris, Laisse Béton


Il faut parfois savoir prendre de la hauteur.
Pour élargir son champ de vision. Pour dédramatiser les situations tendues.
Prendre de la hauteur, c'est voir le monde autrement. Dans sa globalité.

Quand prendre de la hauteur s'avère impossible, il reste une solution, prendre du recul. C'est toujours possible. À moins d'être au bord du précipice.












mardi 24 février 2015

De L'Autre Côté De La Route


Au Haras du Pin, il faut savoir franchir la route, pas facile à traverser, d'ailleurs, et quitter la cour Colbert pour voir ce qui se passe de l'autre côté, côté école.


De l'autre côté, c'est le lieu des apprentissages de toutes sortes liés aux métiers du cheval.
Quelques images d'un attelage promenade avec les percherons Tenzo d'Égée et Spectacle Fauvelière ; et un attelage de cobs occupé au hersage d'un manège avec du matériel hippomobile Bernard Michon.






samedi 21 février 2015

Réclames Renversantes


En apprenant qu'il y aurait un bal le 1er février 1903 au Cheval-Percheron à La Rouge, les typographes du Nogentais en avaient été tout retournés, peut-être à l'idée de quelques bourrées endiablées. À sa sortie, le Nogentais a fait bien mauvaise impression.


Plutôt que l'annonce du bal au Cheval-Percheron, n'était-ce pas une consommation exagérée de liqueur Godard, pourtant d'origine végétale et sans principe nuisible, qui avait mis les typographes cul par-dessus tête ?
La liqueur Godard n'est pas la seule à avoir fait les frais de l'émoi des typographes du Nogentais. Si le Tonneau 8 CV 3 vitesses mis en vente dans le même numéro du journal ne s'est pas retrouvé les quatre roues en l'air, il a été rebaptisé de Dion Boaton par des typographes qui avaient peut-être un peu trop tiré au tonneau.

Tonneau de Dion Bouton 1903 (Source Wikimedia-France).

vendredi 20 février 2015

Les Percherons Derrière Les Verrous



Poussons à nouveau les portes grandes ouvertes du Haras national du Pin. Contrairement à ce que pourraient laisser penser ces photos, nous n'allons pas poursuivre notre revue de verrous, loquets, poignées et autres instruments de fermeture de portes et de grilles. Dommage, car le Haras du Pin compte en ses murs de beaux spécimens empêcheurs d'aller et venir librement.

Mais derrière les verrous, vous pourrez jeter à nouveau un coup d'œil aux reproducteurs percherons qui, en ce jour de Saint-Valentin, étaient offerts aux yeux énamourés du public.

Cérard du Bourguerin.


Amiral de la Rairie.

Cicéron de Bélée.

Amiral de la Rairie.

Auditeur de la Haize.

Black Boy.

Gérard Beauté et son épouse, sous un parapluie orange et noir, suivent avec attention les évolutions de Alaska des Hâtes et Black Boy.

Safir du Caroi.

jeudi 19 février 2015

On Nous A Envoyé

Valérie et Manon B


Valérie, Manon B et Fred sont allés à la neige.
Valérie et Manon B ont fait du ski-joering ; Fred, lui, a été prié de faire les photos. Voilà ce que nous racontent Valérie et Manon B :
« Nous rentrons de vacances dans les Vosges, à la Bresse plus précisément, où nous avons pratiqué avec Manon B du ski joering. C'était du bonheur... Malheureusement, il n'y avait pas de chevaux de trait mais nous avons quand même décidé de vous faire parvenir les photos de Fred. Pour le ski joering au Val d'Ajol, il faut un cheval sellé, une cavalière, une skieuse, le tout relié à une bricole, des cordelettes, un tube en demi-cercle et c'est parti pour une heure de ski joering aux trois allures ! »




À la prochaine chute de neige dans le Perche, on fait la même chose avec Qésako ?


mercredi 18 février 2015

Bouillon D'Agricultures


Ils vont monter à Paris, se croiser, se saluer, se congratuler ou s'ignorer, qui sait, s'invectiver. "Ils", ce sont les protagonistes du monde des équidés de travail, France Trait, SFET, Associations nationales de races, réunis sous le même toit pendant 10 jours lors du Salon, bouillon hivernal de cultures et d'agricultures. L'occasion peut-être, de quelques mises au point qui, espérons-le, n'entraîneront pas de mises au poing.



Eux aussi vont monter à Paris. Jean-Yves, Comète Galbé à Jean-Baptiste Maignan (53) et Vincent, Cigale de Lucé à Arnaud Thomazo (72). Pour leurs retrouvailles en semi-nocturne, fréquentes en ce moment, pas de mises au point, encore moins de mises au poing. Tout juste une mise au pas, suivie d'une mise au trot. Pour la mise au galop, on verra plus tard.







L'équidé de travail, celui qu'il faut parfois remettre en ligne, pour qui quelques mises au point s'imposent, s'interroge : à quelle sauce va-t-il être mangé ?

mardi 17 février 2015

France Trait, Le Coup De Tonnerre


On a appris hier, par l'intermédiaire de son site que France Trait, la fédération des 9 races de trait françaises, quitte la SFET, suite à son Assemblée générale tenue mardi de la semaine dernière, à l'issue d'un vote de 6 voix contre 3.

Dans son article, France Trait met en avant une gestion de la SFET monopolisée par deux personnes, le président et le trésorier.

Extraits de cette annonce :

"Le conseil d'administration de France TRAIT réuni mardi dernier à Paris a voté, à 6 voix contre 3, le départ de France TRAIT de la Société Française des Equidés de Travail...


Les informations, le pilotage des actions et des salariés concernant l’ensemble de la SFET se concentrent sur deux personnes : le Président et le Trésorier....

Aucune considération n'a été donnée aux remarques des administrateurs France TRAIT, malgré leurs nombreuses tentatives pour alerter du malaise ressenti. Les statuts actuels de la SFET ne permettant pas à France TRAIT d’influer sur l’avenir de sa société mère, France TRAIT a préféré se retirer...." 

Dans cet article, France Trait trace les grandes lignes de son projet pour l'année 2015. Le projet final devrait être dévoilé au prochain Salon de l'Agriculture.
Lire l'article dans son intégralité sur :