mardi 20 février 2018

Jeux D'Eau


Avec le Salon de l'Agriculture du 24 février au 4 mars et avec les premières présentations d'étalons, les éleveurs vont retrouver les plaisirs des jeux d'eau.
Alors tous à l'eau, avec ces photos glanées en France, au Canada, aux Etats-Unis et en Afrique du Sud.











vendredi 16 février 2018

La BPHS A 100 Ans


Lord Lonsdale, premier président de la British Percheron Horse Society

1918-2018. La Société percheronne britannique (British Percheron Horse Society) fête cette année ses cent ans. Un anniversaire marqué avec l’organisation d’une manifestation percheronne (Living History Festival)  les 2 et 3 juin près de Singleton au Weald and Downland Living Museum en Angleterre.
C’est à l’issue d’une réunion qui s’est tenue le mercredi 16 janvier 1918 au domicile de Lord Lonsdale - qui allait en devenir le premier président - 14 Carlton House Terrace à Londres qu’il a été décidé de créer la British Percheron Horse Society. C’est en novembre de la même année que, toutes les formalités légales ayant été accomplies, la BPHS est officiellement entrée en existence.



Lt-Col Sir Merrik R. Burrell, inspecteur des Remontes militaires de 1915 à 1918

On a coutume de dire que c’est dans les difficultés de la Grande Guerre de 1914-1918 que les britanniques ont en quelque sorte « découvert » les qualités multiples de la race originaire du Perche. Un long texte du Lt-Col Sir Merrik R. Burrell - dont nous reproduirons dans cet article de multiples extraits - inspecteur des Remontes militaires de 1915 à 1918, nous permet de suivre en détail les événements qui ont conduit à la naissance de la Société percheronne britannique.
Bien évidemment, le cheval percheron avait foulé le sol britannique bien avant 1918. Des étalons avaient été importés de France à la fin du 19ème siècle mais avaient surtout été utilisés en attelage pour les transports. D’une manière plus étonnante « pendant la seconde moitié du 19ème siècle plusieurs milliers de chevaux montrant de très forts signes de sang percheron ont été importés d’Amérique du nord en Grande Bretagne pour tirer les omnibus et pour d’autres transports légers dans les grandes villes ».
« La première importation organisée et officiellement reconnue de purs percherons en Grande Bretagne a eu lieu en novembre 1916 et était un résultat direct de la Grande Guerre ». En dépit de l’avènement du moteur et donc du transport rapide par route, venant en complément d’un transport ferroviaire au réseau largement déployé, l’utilisation du cheval était encore en 1914-1918 une nécessité pour une armée en guerre, en particulier à proximité des zones de combat. « Au fur et à mesure que la guerre progressait deux choses devenaient évidentes pour le département des Remontes ; en premier, que la demande pour des chevaux de trait légers, très actifs et solides allait croissant chaque jour. En  second, que tous les chevaux de ce type n’étaient pas disponibles en nombre suffisant en Grande Bretagne ».



Maj-Gen Sir William Birkbeck, directeur des Remontes en 1914 et président de la BPHS en 1923-1924

En 1914, au moment de la déclaration de guerre, une mission d’achat britannique a été envoyée au Canada et aux Etats-Unis par le directeur des Remontes le Major-Général Sir William Birkbeck. Au cours de leurs achats, de plusieurs milliers de chevaux les membres de cette mission eurent la conviction que les chevaux les mieux adaptés à un travail de traction étaient ceux qui affichaient les caractéristiques du cheval percheron. « Les chevaux du type percheron se montraient très bien dans leur tête et supportaient beaucoup plus calmement que les autres chevaux les affres des longs voyages en train et en bateau ».
En 1916, il fut décidé au sein du service des Remontes de Grande Bretagne d’envoyer, dans les Haras Nationaux français,  une mission d’inspection composée du Colonel d’Artillerie T.R.F. Bate et du Lt-Col Merrik R. Burrell. A l’issue de cette mission leur rapport ne laissait aucune place au doute et pointait la race percheronne comme la plus intéressante. « Sir William Birkbeck était arrivé à la conclusion que, si les leçons de la Grande Guerre devaient être retenues, il était évident pour la sécurité du pays, que la population civile devait élever un cheval de trait plus solide, plus actif, et avec des membres plus sains ». Sir William Birkbeck, un nom que la race percheronne française n’a pas retenu et se devrait peut-être de remettre à l’honneur. « Tout indiquait que le cheval percheron était l’animal recherché ».


Présentation d'étalons percherons au concours de Mortagne au début du 20ème siècle (Archives Draft Horse Journal)

A l’automne 1916, à la demande du ministère de l’agriculture anglais, la France, en dépit de l’interdiction d’exporter des chevaux a autorisé le départ de 2 étalons et de 12 juments vers l’Angleterre. L’achat de ces percherons a été effectué par Henry Overman lors du concours percheron en octobre à Mortagne. « Les officiels français ont avec courtoisie accordé toutes facilités à Mr Overman pour qu’il choisisse les chevaux qu’il voulait ». L’étalon de 4 ans Misanthrope a rejoint l’élevage de Mr Overman et l’étalon de 3 ans Nonius, celui de Lord Lonsdale. Quant aux 12 juments, elles aussi ont rejoint les élevages Overman et Lonsdale. Ces 12 juments, 3 noires et 9 grises provenaient des élevages de MM Bignon, Albert Hamelin, Ernest Guidon, Edmond Perriot, Bodet et de Mme Aveline [de la Crochetière, Mr Louis Aveline était pendant la guerre aux Etats-Unis pour l’achat de chevaux pour la remonte militaire française].


Bande de juments percheronnes au Concours de Mortagne au début du 20ème siècle (Archives Draft Horse Journal)


Henry Overman, l'un des acheteurs anglais lors des concours 1916 et 1917 à Mortagne

Cette première importation en nombre de chevaux percherons vers l’Angleterre à des fins d’élevage fut si appréciée des éleveurs que l’année suivante, en 1917, le ministre de l’agriculture a, à nouveau, sollicité du gouvernement français une autorisation spéciale d’importation vers les iles britanniques. Requête acceptée. C’est à nouveau en octobre, lors du concours de Mortagne que les anglais - Captain T. Wickham Boynton, Henry Overman pour les achats, accompagné de 5 autres personnes - sont venues choisir leurs percherons. Cette fois, 12 étalons et 33 juments ont pris le chemin de l’Angleterre.


Étalon percheron Misanthrope


Jument percheronne Livourne




Jument percheronne Officine



Étalon percheron Parapet


« Il semblait évident pour ceux qui étaient responsables de ces importations de cette race de chevaux français dans les îles britanniques que pour que leurs initiatives aient quelque chance de succès et pour que cette race prospère dans le pays, il devenait impératif qu’une société soit créée pour suivre les intérêts de la race, contrôler l’élevage des animaux, et ouvrir un stud-book dans lequel seraient inscrits tous les animaux de race pure importés de l’étranger ainsi que leur descendance de race pure ».


Volume I du stud-book percheron britannique


Vente aux enchères de chevaux  percherons récemment importés



Article paru dans L'Agriculture nouvelle


Quelques temps plus tard, la réunion du 16 janvier 1918 au domicile de celui qui allait devenir le premier président, Lord Lonsdale, devait entériner la naissance de la BPHS.
Dans les premières années d’après-guerre, les importations de percherons français ont pris davantage d’importance et ont donné lieu à de régulières ventes aux enchères organisées par la Société percheronne britannique. Dans le même temps les importations, à titre privé, ce sont elles aussi développées, avec par exemple l’importation de l’étalon Rhum en 1919 et de la jument Messaline en 1920, dans les deux cas par Mme Emmet. Messaline qui remporta la récompense suprême de la race au Royal Show de 1920 et 1921.

C’était il y a un siècle...


Étalon percheron Rhum



Captain R. B. Beassey, président de la BPHS en 1924-1925

Documents Archives SHPF sauf mention spéciale

Voir sur le site de la Société hippique percheronne de France, rubrique Actualités, l'annonce du Festival commémorant les 2 et 3 juin 2018, le centième anniversaire de la British Percheron Horse Society.
www.percheron-france.org

mercredi 14 février 2018

Le SIA En Bus ?


Aller au Salon de l'Agriculture en bus, c'est la proposition que vous fait le Syndicat Sarthois du cheval percheron.
Une journée à Paris, le samedi 3 mars 2018 au départ d'Alençon, de Maresché, du Mans ou de La Ferté-Bernard.
Renseignements et réservations au 06.47.14.85.42

mardi 13 février 2018

Hiver En Bande
















Élevage Pierre-Yves Berger

Crenon
72540 Crannes-en-Champagne

06 62 50 91 09

dimanche 11 février 2018

Le Retour Des Mâles


Prenez bonne note, les mâles, les vrais sont de retour pour la saison 2018.
Un premier aperçu vous sera proposé avec une brochette sarthoise le samedi 10 mars à 10h30 au Haras de Brassé au Grand-Lucé.
En après-midi vous pourrez assister à l' Assemblée générale du Syndicat sarthois du cheval percheron à 14h30 à la Salle polyvalente de Tresson.
Renseignements: