mardi 22 avril 2014

Mots Croisés

Une langue vivante évolue. Prenez la langue française, par exemple, celle qu'en général nous connaissons le moins mal -et je pèse mes mots !-. Chaque année, elle s'enrichit de nouveaux mots, de nouvelles expressions. Dans le même temps, elle laisse sur le côté de la route quelques mots tombés en désuétude. Il en va de même pour la langue percheronne.
Souvenez-vous, c'est en 1998 que le mot diligencier a été officiellement introduit dans le dictionnaire percheron, alors que l'expression cheval lourd en avait été retirée en 1994 et que le terme caudectomie en était sorti en 1996.
En 2014, les Immortels du Quai Conti de Nogent-le-Rotrou, les Administrateurs de la race, ont introduit officiellement dans le dictionnaire percheron les mots SFET et caractérisation.


SFET nf : acronyme pour Société Française des Équidés de Travail.
Il faut reconnaître que la SFET a fait une entrée fracassante dans la langue percheronne. Encore inconnue au début 2013, la SFET est désormais sur toutes les lèvres. Voulue par les instances gouvernementales en charge de l'Agriculture, la SFET regroupe au sein d'un même organisme la fédération France Trait, la fédération France Ânes et Mulets et la fédération des Chevaux de territoires. Au total, 24 races. 
La SFET reprend à partir de 2014 une partie des fonctions remplies auparavant par les Haras nationaux. Elle tient désormais un rôle primordial dans l'organisation des concours élevage et utilisation. Avec, pour les éleveurs et les utilisateurs qui souhaitent participer à ces concours, des obligations un peu différentes, en particulier au niveau des engagements, de celles en vigueur du temps des ex-Haras nationaux. Tout un apprentissage à faire.


Caractérisation nf : description dans le but de comparer les individus de façon objective.
La SHPF ne s'est pas contentée d'introduire ce mot dans son registre de vocabulaire. Elle nous en livre une définition publiée dans un document remis à l'occasion de l'Assemblée générale 2014 qui s'est tenue à Lamotte-Beuvron :
"Caractériser, c'est décrire dans un but de comparer les individus de façon objective. Il est alors possible de fournir des éléments fiables aux éleveurs, aux utilisateurs et aux responsables du stud-book de la race, leur permettant de réaliser des choix et de répondre à leurs besoins de sélection, de préservation et de commercialisation.
La caractérisation permet, par des mesures objectives, une estimation plus précoce des aptitudes [...], une information au propriétaire pour le choix stratégique de valorisation du cheval [...], une information objective pour l'acquéreur sur les aptitudes du cheval [...], et la contribution à l'élaboration d'indices analytiques sur les différentes aptitudes des chevaux [...].
Si les acteurs de la race percheronne sont familiers de la technique de caractérisation Morphologie & Allures par le jugement détaillé que l'on retrouve sur les concours Modèles & Allures, ils doivent également travailler à la mise en place des mesures de qualité liées à l'utilisation du cheval percheron".

Pas encore totalement entré dans le dictionnaire officiel de la race, le mot hongre semble en voie d'intégration. En 2015 ou 2016, peut-être. Il n'est pas inutile d'en donner ici une définition précise.


Hongre nm : percheron mâle qui a perdu en route ses attributs virils. Modèle rare recherché par la corporation des utilisateurs.

Passons maintenant aux mots tombés en désuétude que nous ne retrouverons plus que dans les manuscrits anciens en vieux percheron.

Haras nationaux nm pl : grandes bâtisses très coûteuses dont les écuries ont abrité pendant deux siècles d'innombrables générations d'étalons percherons. Ce terme de Haras nationaux désignait aussi par extension le personnel qui œuvrait au sein de ces grandes bâtisses.


Et le mot de la fin.
Prime nf : mot doux aux oreilles des éleveurs et objet de convoitise très couru dans le milieu percheron. Récompense sonnante et trébuchante attribuée à qui se donnait la peine de présenter ses chevaux en concours.
Considéré comme un peu vulgaire, le mot prime que l'on n'utilisait plus qu'à mots couverts ces dernières années, avait été remplacé, en jouant un peu sur les mots, par : Encouragements nm pl, un terme lui aussi voué aux oubliettes.

Fin des Haras nationaux, fin des primes, fin des encouragements... comme il fallait s'y attendre, c'est le réalisme économique qui a le dernier mot. Et dans ce cas, "aux grands mots les grands remèdes"

5 commentaires:

Brigitte Guillaume a dit…

En ce qui concerne les hongres... Un éleveur peut-il s'exprimer et nous expliquer pourquoi c'est un "modèle rare" alors qu'apparemment il est très recherché... est-ce parce que l'engouement est nouveau, parce qu'il y a des risques etc... où un peu tout à la fois ?

kuntz isabelle a dit…

Très clair comme dictionnaire!
Isa du perche

Anonyme a dit…

Ma chère Brigitte, vous n'êtes pas sans savoir qu'il est bien plus simple de passer du stade d'entier au stade de hongre mais que l'on aura beaucoup plus de difficultés a obtenir l'inverse! En tant qu' éleveurs, nous avons tout intérêt a garder nos étalons entiers car de la dépend l'avenir de notre race! Est ce suffisant comme réponse d'éleveur?? Je pense que vous en attendiez un peu plus... Mais en attendant je m'amuse bien Nicolas GARNIER

Brigitte Guillaume a dit…

Merci pour votre réponse Nicolas, je vais m'en contenter...
Sinon, pourrais-je savoir ce qui vous amuse bien ?

Anonyme a dit…

Les éleveurs élèvent et ont donc besoin de reproducteurs. Le maillon manquant est celui d'après: Les personnes qui mettent au point des chevaux. Mais nous sommes de plus en plus nombreux à le faire et c'est tant mieux.
Mais à mon humble avis il n'y aura des chevaux utilisés que si l'on sait développer et créer de nouveaux marchés... sans "encouragement". Et tout ça dans la joie et la bonne humeur!
Utopiste? Que nenni, moi j'y crois! Christine Sallé