mercredi 23 mars 2016

Un Courrier De La SFET

Regroupant depuis quatre ans 24 races françaises d'équidés de travail, la SFET mène à pas rapides un ensemble de réformes qui ne sont pas toujours bien comprises par les éleveurs et les utilisateurs et qui, parfois, sont sources de polémiques.
Dans un souci de clarté, Éric Rousseaux, président de la SFET, nous a fait parvenir un courrier dans lequel il se livre à un tour d'horizon des actions de la SFET au service des 24 races d'équidés de travail.
Voici, dans son intégralité, le courrier reçu.

"Que d’énergie…

Que d’énergie dépensée à répondre à la suspicion permanente de ceux, les éleveurs et utilisateurs de nos 24 races françaises d’équidés de travail, pour lesquels nous nous battons depuis 4 ans !

Expliquer, réexpliquer, que largent public qui nous est octroyé par le Ministère de lAgriculture nest désormais utilisable que pour construire un vrai projet de sélection : c’est lobjectif du Parcours dExcellence du Jeune Équidé de Travail et de son site d’engagement
Expliquer encore, que le temps où l’on versait aux éleveurs, sans plus de justifications, une enveloppe « pour faire naitre » sans quils aient à se préoccuper de la destination des produits issus de leurs élevages est désormais révolu !
Expliquer enfin, que pour nous accompagner dans cette démarche de sélection, nous sommes allés chercher au Fonds Eperon une enveloppe (elle est reversée aux éleveurs et utilisateurs sous forme dencouragements), dont jamais auparavant nous navions disposé, pour pouvoir accompagner financièrement les efforts réalisés par la filière afin de se réorganiser et de se structurer.
Faire savoir que la SFET se bat depuis 4 ans pour faire reconnaitre l’énergie cheval comme une énergie d’avenir, pour faire reconnaitre la place de ses équidés dans l’économie réelle de nos villes et nos campagnes, la conservation par la valorisation !
Qu’elle se bat aussi pour trouver de nouveaux débouchés : lexport vers le Japon en est unDepuis une quinzaine d’années ces clients potentiels tournaient autour de nos élevages sans que nous soyons capable de concrétiser un marché !

Vous vous demandez ce quest la SFET ?
Lisez nos communiqués, visitez nos sites Internet, accompagnez nous dans nos démarches de promotion et de communication : le SIVAL, les Équi-Trait-Jeunes, le Paris Eiffel jumping
Consultez nos études, elles sont en ligne : colloque vigne, lait d’ânesse, cheval de club, cheval de cour
Sentez vous un peu concernés... La SFET cest chez vous !
Mais il est vrai que chez soi, on entre pas pour critiquer la peinture des murs ou la qualité des repas ! Si quelque chose ne convient pas, on se retrousse les manches et on se met au boulot...

Et parce quen effet cest chez vous, vous avez droit à la transparence : une fois validés, nos PV de CA sont transmis aux ANR, et nos comptes 2014 ont été publiés lors de notre dernière AG ; les comptes 2015 le seront lors de la prochaine, dans quelques semaines.
A titre indicatif (et de façon un peu simpliste, jen conviens), vous pouvez retenir que la moitié des financements de la SFET est issue de fonds publics, qu’environ la moitié de cet argent est reversé aux ANR, fédérations et syndicats locaux d'éleveurs, et qu’environ 1/4 de cet argent est reversé aux éleveurs – le détail de ce poste nous a dailleurs été donné par courriel  lors du versement de nos encouragement !
D'autre part, á chaque conseil d'administration, un point précis sur la trésorerie est proposé aux administrateurs qui valident en amont chaque dossier de demande de financement en cohérence avec le budget prévisionnel. Combien d'associations fonctionnent-elles de façon aussi transparentes ?
En fait, si nous avons des comptes à rendre, et nous avons en effet des comptes rendre, c'est à ceux qui financent nos projets... et je peux vous garantir qu'ils font le job pour s'assurer que l'argent qui nous est accordé est bien utilisé !
D'autre part, comme la SFET est une structure importante, deux salariées différentes valident chaque dépense qui sont en outre visées par le trésorier. De plus, les comptes sont suivis par un cabinet d'expertise externe dont le travail est contrôlé par un commissaire aux comptes agréé.

Il faut également savoir que nous nous battons pour générer des fonds propres afin de pouvoir pallier, a terme, au désengagement de  nos financeurs actuels (État et Fonds Éperon, dont les dotations sont aujourd'hui réservées au soutien financier d'actions susceptibles de se pérenniser en générant de façon autonome des recettes permettant de couvrir leurs frais de fonctionnement).
A ce propos, je vous rappelle (cela a déjà été dit) quEquidExport, à qui la SFET a confié son activité commerciale de vente d’équidés, est une société de droit privé dont lunique actionnaire est la SFET. 
Pourquoi avoir procédé ainsi ? Tout simplement pour ne pas mettre en péril les finances de notre Société mère en cas de problème, et ensuite pour sinscrire dans une vraie dimension économique, payer des impôts, de la TVA, et ne pas faire une concurrence déloyale aux autres opérateurs de la filière.
Pour information, afin quelle puisse fonctionner cette structure a été dotée par la SFET dune avance sur fonds propres dont le montant s'élève actuellement à 45 000 , qui sont placés sur un compte courant dassocié (remboursable et rémunéré). Il ne s'agit en outre pas d’argent public, ce qui serait d'ailleurs illégal. Les comptes de l'EURL Equid'Export, validés par un expert comptable, seront publiés auprès du greffe du Tribunal de commerce où ils pourront être consultés.

Que d’énergie !

Et pendant que nous passons notre temps à nous justifier auprès de ceux qui sont censés nous soutenir, et oui… même le week-end ! Nous ne nous occupons pas dexplorer la voie des financements européens (ceux qui sont dévolus à l’élevage et à l’animation des territoires, des dossiers lourds et exigeants qui pourraient contribuer à la pérennité de ces concours d’élevage auxquels nous somme si attachés !).
La voie du mécénat, les nouveaux axes de développement potentiels : maraichage, vigne, ville, viande… sont également en friche. Avis aux amateurs !
La viande ! parlons en un instant : 85 à 90 % des débouchés de notre filière trait ! Quavons-nous fait depuis 20 ans pour consolider ou développer ce marché ? Ce rôle avait été dévolu à la fédération des traitsPour quel résultat ?
Á ce propos, Avez vous pensé à demander aux administrateurs de cette fédération de vous rendre des comptes comme vous le demandez aujourd'hui à la SFET, afin de savoir comment á été utilisé l'argent public qui lui a été affecté ces dernières années ?

Depuis le Japon, et pour trouver un débouché rémunérateur aux chevaux qui nous sont « restés sur les bras », qui ont été payés aux éleveurs (rassurez vous) et qui ont, depuis que nous les avons achetés, pris quelques dizaines de kg, nous sommes partis à la conquête du marché : deux poulains vendus en circuit court depuis la mi février (12 euros le kg), des rencontres avec Interbev pendant le salon, des pistes qui se dessinentet au pire lItalie ou lEspagne, avec des prix en vif qui ont plutôt tendance à augmenter ces derniers temps !
Au fait, en parlant de prix : au cas ou certains en douteraient (ce qui semble être le cas), les poulains que nous avons acheté 1,95 € net le kg vif aux éleveurs on été (bien évidemment) vendus sensiblement plus cher (et en toute transparence) à nos client japonais, assurances, analyses diverses, alimentation, et autres frais inhérents à la quarantaine obligent !

D’autres questions ? N’hésitez pas à les poser, nous y répondrons au mieux.

Bien cordialement. 
Eric Rousseaux, président de la Société Française des Équidés de Travail."

8 commentaires:

Sylvie MARTZ a dit…

Transparence si seulement:
Un des grands problèmes est bien celui que notre ANR c'est à dire la SHP, ne retransmet rien en provenance de la SFET ou très peu et en tous cas n'explique pas à quoi ça sert
Et comme dans bien d'autres cas, ce qui n'est pas transmis ne peut être compris et le train continue de rouler sans voyageurs...
Il faut comprendre les éleveurs qui ont vu passer plusieurs structures sans résultat (Fival, France Trait....) et c'est pas étonnant qu'ils pensent que ce n'est qu'une de plus
Allez sur le site de la SFET et vous verrez comment les races d'ânes y sont représentées et ce qu'on peut faire avec la SFET
Pour les percherons, aucun lien vers le site internet de la SHP (parce que la SHP ne l'a pas fait) et donc pas de liens vers les élevages et bien sûr pas non plus vers les chevaux à vendre ou autres activités (pour ceux qui ont des activités tourismes ou autres, essayez de vous inscrire pour profiter des services de la SFET et vous verrez que vous n'y arriverez tout simplement pas parce que notre ANR n'a pas fait le nécessaire)
Alors énergie gâchée ou pas d'énergie du tout...Faites le bon tri et n'oubliez jamais de réclamer ce qui vous est dû: les explications, le transfert des informations et vos possibilités d'interactions

Anonyme a dit…

Bonjour,

La communication ce n'est jamais simple. Le système empirique de la SFET avec les ANR fait que les éleveurs/utilisateurs ne vous connaissent pas!
Est-ce un soucis de ne pas perturber les instances existantes?
En tout cas, nous ne savons pas qui vous êtes.
Quand j'arrive dans une assemblée où je suis un parfait inconnu, je me présente et je fait en sorte de m'y intéresser et de comprendre son fonctionnement.
Je ne suis pas là pour critiquer ce que vous faite au contraire, je salue les actions entreprises et celles à venir.
Mais si vous voulez fédérer, montrez-vous sur le terrain!!!

Connaissez-vous la foire des 4 jours du Mans (Dans le Top 5 des foires de France en terme de fréquentation), savez-vous qu'il y au moins 4 races adhérentes à la SFET de représentées? (Anes Normands, Cotentin, Berry et Cheval Percheron avec au global pas loin d'une centaine de sujets) y avez-vous mis les pieds ne serait-ce qu'une fois? Si c'est le cas, nous ne vous avons pas vu!!!

Avant qu'un président se fasse élire, il fait campagne!!!
Internet ne peut suffire pour des sociétés comme la SFET.

Vous êtes notre société Mère, ne faites pas que de nous nourrir, intéressez-vous à nous!!

Cordialement,
Thomas Cosme

Brigitte Guillaume a dit…

Mr Rousseau, vous devriez prendre la "parole" plus souvent.
Nous avons toujours l'impression, en voyant la personne qui se met toujours en avant sur les photos de votre site ou autre, en lisant les réponses sur ce blog, que le personnage incontournable de la SFET, c'est Monsieur POSE !
Hors il s'avère que ce premier ressenti n'aide pas à y voir très clair et ainsi commence le doute...
Ce qui semble vous coûter puisque "tant d'énergie" ,n'est autre que le légitime droit d'être éclairé sur ce qui se passe vraiment.
Dans la clarté nous avancerons beaucoup plus vite !

frip a dit…

bonjour eric
tu as ete presque 10 ans representant des races mulassierres au CA de france trait et tu crache maintenant dans la soupe. T FAIVRE

Eric Rousseaux a dit…

Bonsoir Monsieur Cosme,
J'ai 2 bras, 2 jambes, et je n'ai pas le don d'ubiquité...
J'ai aussi une famille, des enfants, des petits enfants, des chevaux, et plein d'autres activités... Je consacre à nos 24 races beaucoup de mon temps, et bien évidemment il y a tout plein d'endroits où je ne vais pas...
Je participe ça et là à quelques concours, ceux de ma race, et quelques autres : Mirabel (en Ardêche), Chevalait (pas loin de chez vous), j'ai aussi rencontré les Bretons sur leurs terres, je participe aux Equi-Trait-Jeunes, au Paris Eiffel jumping, et que sais-je encore...
Et je ne vous parle pas de mes séjours parisiens : Sénat, CA Races de France et MAAF aujourd'hui, copil Cocarde et AG GESCA demain... et oui ! Si on veut que nos races existent il faut les représenter !
Mais j'ai pris bonne note de cette belle manifestation au Mans, dans le cadre de laquelle, vous et quelques autres faites le job... Nous sommes en effet forts de nos complémentarités !
Cordialement.

Bonsoir Thierry,
Je n'étais pas seulement le représentant des Races mulassières... J'étais aussi vice-président de France Trait !
Et j'ai bien écrit "qu'avons nous fait ?"
Je suis en effet co responsable de cette inertie de la filière... et je ne crache ni dans la soupe, ni ailleurs.
Cordialement.
Eric Rousseaux

Anonyme a dit…

Bonsoir Monsieur Rousseaux,

Mon propos ne vous visait pas, vous, personnellement mais la SFET dans son ensemble.
Je me doute bien que la représentation des 24 races dans les différentes instances est très chronophage et ne vous laisse que peu de temps libre.
Vous avez certainement les responsabilités dues à votre poste.

Mais il est indéniable (et votre courrier l'illustre) qu'il y a besoin d'une communication descendante récurrente de la part de la SFET. Une simple réunion régionale d'information annuelle en fin d'année pour présenter les nouveautés de l'année suivante pourrait-être une première approche.

Je rejoins Brigitte Guillaume, dans la clarté nous avancerons beaucoup plus vite.

Cordialement,
Thomas Cosme


Pierre-Yves POSE a dit…

Bonsoir,
Madame Guillaume, je ne vous trouve pas très sympa. Je suis comme vous content de voir Eric communiquer mais je ne vois pas pourquoi je devrais rester caché ou silencieux ! Je ne suis pas pestiféré, je n'ai pas honte de ce que je fais, et je suis un peu septique par vos remarques qui demandent en même temps plus de communication et me reproche de le faire ! Vous ne seriez pas un peu SFEToseptique de base ? Vous êtes vous même omniprésente, la personne la plus importante de ce blog réagissant à plus d'un article sur deux ! Vous le reproche t'on ?

Madame Martz, merci pour votre analyse de la SFET et de ce qu'elle peut amener aux races et à leurs éleveurs. Vous avez raison, pour en profiter les anr doivent avancer avec la SFET plutôt que lutter contre. La ou je ne vous suis pas, c'est sur l'image du train qui passe. La SFET est une maison, elle ne bouge pas, les portes sont ouvertes et tous peuvent rentrer quant ils sont prêt a le faire. Je suis fiers que vous citiez les ânes comme exemple. Si les éleveurs d'ânes participent aux actions SFET c'est que leurs représentants y consacrent une grande énergie. Bien que je préside France Anes et Mulets, je n'y suis pour rien... ou presque. C'est le bureau de la fédération et les présidents d'anr qui font le job au quotidien d'informer, aider de motiver les éleveurs pour qu'ils participent aux programme SFET pendant que je m'occupe, justement de la SFET.
C'est là que je veux en venir. Je pense que vous savez que votre président et votre trésorière sont très actifs dans notre maison mère. Ont-il l'aide nécéssaire au sein de l'ANR ? Je vois beaucoup de contestataires sur ce blog, y a t'il aussi des bonnes volonté ? Les infos qui sont données sont-elles entendues ou certain préfèrent-ils croire aux bonimenteurs venus d'autres horizons ? Je sais que le site des Percherons va être mise en ligne dans quelques jours. J'espère y voir tous les habitués de ce blog remplir leurs fiches éleveurs et vous verrez automatiquement des Percherons sur tous les sites sfet : tv, étalons, vente, voyages...
A vous !
Bonne soirée
PYP

Sylvie MARTZ a dit…

Bonsoir Mr Pose,
Mon histoire de train était une image pour dire, comme je l'ai malheureusement trop constaté par le passé lors de mes différentes fonctions au sein de notre ANR et de bien d'autres instances de la filière, que bien des trains se mettent en route mais que les gens montent rarement ou pas du tout dans le train et donc qu'il me désolerait que la SFET en laquelle je crois, soit un train de plus dans lequel les gens à qui le voyage pourrait pourtant servir, ne monteraient pas, restant sur le quai de leurs habitudes parce qu'on ne leur a pas expliqué ni la destination ni à quoi servirait ce voyage
Je me suis sans doute mal exprimée en imageant la SFET comme un train à bord duquel on pourrait tous embarquer, mais ce n'était en aucun cas une critique dirigée contre la SFET qui est à mes yeux bien loin de faire de l'immobilisme
Et ce que j'attends comme vous et sans doute un certain nombre d'autres, c'est bel et bien la mobilisation de notre ANR à l'image de ce qu'ont fait les représentants des éleveurs d'ânes par les actions que vous décrivez
Je ne conteste pas l'activité du président et de la trésorière de notre ANR au sein de la SFET mais nous n'en voyons que peu les résultats sur le terrain Quelques informations sont transmises en vrac mais pas toutes et les enjeux ne sont pas forcément expliqués Il y a probablement des bonimenteurs ainsi que des gens qui ne souhaitent pas bouger ou faire d'effots, mais je reste persuadée que les messages sont mal transmis de toute façon
Au sujet du PJET par exemple, le programme est présenté en lui même plus comme un passage obligé, une contrainte obligatoire, expliciter que c'est une porte ouverte pour mieux faire et mieux vendre Le résultat est une mauvaise perception sur le terrain avec des éleveurs qui posent la question de savoir quelle incidence cela aura sur le prix de vente de leurs chevaux Je sais que leur réaction n'est pas la bonne mais vous savez comme moi comment il faut souvent aider les éleveurs à se projeter dans l'avenir, surtout en cette période assez sombre Et cete projection vers le futue ne peut venir, outre de ceux qui montrent déjà l'exemple, que de notre ANR
Quant aux bonnes volontés, elles n'ont pas l'air d'être très recherchées ou elles ne font pas long feu dans notre ANR désormais ceinturée de toute part Et dans le cas présent, ceux qui sont seuls le sont de leur volonté
J'ai appris il y a quelques jours la future mise en service du nouveau site de la SHP et j'en suis ravie de ce nouvel outil qui sera mis à notre disposition
Mais voyez, étant pourtant adhérente de l'ANR, je n'ai eu cette information que parce que j'ai exprimé mon courant de pensée sur ce blog A défaut j'aurais sans doute du faire une découverte ou allez chercher l'information moi même comme j'y suis rompue et il me désole que ce genre de discussions, même si elles sont parfois houleuses, doivent avoir lieu sur ce blog parce qu'on ne peut les avoir autrement

Je souhaite de tout coeur longue vie et réussite à la SFET et soyez assurée que personnellement, aidée de l'ANR ou non, je suis les actions de la SFET, mais je ne suis pas seule dans le monde du percheron et je me battrai toujours pour que tous aient les mêmes opportunités et que les règles soient les mêmes pour tous, ne récoltant ainsi pas que des amis mais tant pis

Respectueusement
SM