mardi 7 mars 2017

Un "Sabots" Débardeur


Ce 77ème numéro du magazine Sabots, disponible en kiosque, est largement consacré au débardage au cheval. Cette activité à la santé en dents de scie n'est pas au mieux de sa forme actuellement :

« Activité qualifiée de renaissante depuis une bonne quinzaine d’années, le débardage en traction animale n’a rien d’un long fleuve tranquille. À l’image du terrain qu’il arpente avec ses animaux de trait à longueur d’année -dans le meilleur des cas-, la vie du débardeur est faite de hauts et de bas. Cette profession grandeur nature, au contact permanent de la forêt et vécue en compagnie d’animaux de travail, représente pour de nombreux jeunes en quête d’une vie en dehors des sentiers battus ou de moins jeunes désireux de s’engager dans une nouvelle voie, une vie trop souvent idéalisée. La réalité du terrain est malheureusement rarement à la hauteur des espoirs et des rêves que bien peu parviennent à concrétiser. »

Les trois premières parties de ce dossier spécial réalisé par JLD montrent trois facettes de ce métier complexe.




Et la dernière partie dresse un bilan : il y a ceux qui continuent et il y a ceux qui tournent la page...


Dans ce même numéro, vous trouverez aussi une "Histoire de joug", une race peu connue "Le cheval du Vercors de Barraquand", une journée technique traction animale à Port-des-Barques en Charente-Maritime, etc.

Bonne lecture !

2 commentaires:

Brigitte Guillaume a dit…

Nous allons nous régaler !

Marco a dit…

Bonsoir Jean Léo, je te remercie de mettre en évidence les difficultés multiples de maintenir cette activité même pour des personnes ayant une forte expérience. Le visage du débardage est en train d'évoluer. Peut être que la solution est la pluriactivité. Mais quel dommage de constater que le débardage va restait une activité, pas un métier! Je souhaite bonne continuation à toutes ses personnes essayant de pérenniser cette activité.
Marco