dimanche 5 juillet 2015

Un Commentaire De Pierre-Yves Pose

Suite à l'article Échos Traits publié sur ce blog le samedi 27 juin, qui évoquait la SFET à plusieurs reprises, Pierre-Yves Pose -trésorier de la SFET et l'une des chevilles ouvrières de cette maison mère des 24 races équines et asines de travail- a posté récemment un commentaire que nous avons choisi de publier en intégralité aujourd'hui en tant que "sujet" sur ce blog.

"Merci beaucoup pour les infos que vous diffusez par l'intermédiaire de votre blog et chapeau bas pour la masse de boulot réalisée...

Je voudrais réagir sur deux points de votre article parlant de la SFET.
En premier lieu, je prends avec humour et amusement les trois points de suspension dans votre texte avant... France Anes & Mulets. Effectivement, vous mettez le doigt sur la problématique principale liée au "facteur humain..." ! France Anes & Mulets a communiqué sur les projets, les actions de la SFET. C'était la part du job confié aux fédérations par la maison mère, les autres ne l'ont pas assumé et je leur reproche encore

Le résultat est celui que nous connaissons aujourd'hui, crises dans les fédérations et les associations nationales de race entre ceux qui ont compris, ceux qui ne veulent pas y croire... Le résultat que j'ai beaucoup de mal à pardonner c'est la démission de femmes et d'hommes passionnés et dévoués comme Alexis Hamon. "A son avis, on ne peut pas faire un concours sans perdre 400 €". Comment ? Pourquoi ? Qui a expliqué ceci à monsieur Hamon ? La gestion n'est pas un "avis" ! Ce sont des chiffres... Pour être concret. En 2012, un organisateur payait lui-même les frais de son concours (0 € si le concours ne coûte rien), l'IFCE payait des primes aux éleveurs.

En 2014, un effort a été demandé aux éleveurs qui ont payé 10 € par cheval pour sauver les concours. La SFET a payé des primes aux éleveurs et a remboursé 80 % des frais du concours à l'organisateur. Elle a donc laissé 20% des frais à la charge de l'organisateur, qui peuvent égaler 0 si le concours coûte 0 !
C'est pour aider et expliquer le fonctionnement de la gestion des concours que la SFET a mis en place une équipe de délégués régionaux en territoire. N'hésitez pas à les contacter. Puisque la communication ne passe pas par les fédérations, les races adhèrent maintenant en direct, un journal a été créé, j'ai moi-même participé à plus de 30 réunions d'informations, une équipe a été mise en place tout autant tournée vers l'action que vers la communication sur les actions... Après sa totale refonte, il n'est même pas exclu que les informations sur la SFET se trouvent sur le site de... la SFET !

Pierre-Yves POSE"

Pierre-Yves Pose avec Lionel Blanchet au Salon de l'agriculture 2015.

Cher monsieur,
Permettez-moi à mon tour quelques remarques.
Convaincu de l'importance de la ponctuation dans un texte et veillant autant que faire se peut à utiliser au mieux les outils mis à notre disposition, je suis ravi de voir que trois petits points, a priori insignifiants, peuvent être lourds de sens et générer amusement de la part d'au moins un lecteur.

Je vous rejoins pleinement quand vous évoquez les problèmes de communication. Certes, on a souvent tendance à réduire bon nombre de dysfonctionnements de notre société à des problèmes de communication. Mais dans le cas précis qui nous préoccupe, celui de la SFET, des fédérations d'équidés de travail et des ANR, il faut reconnaître qu'il y a bien quelques imperfections.

Plus particulièrement au fait de la vie des races de chevaux de trait et plus encore de celle de la race percheronne, je constate qu'avec une organisation à 3 niveaux (2 niveaux, après les événements de ces derniers mois), dans bien des cas pratiquement aucune information ne parvient à descendre la pente et qu'en dehors sans doute de quelques initiés qui ont un accès direct à la source (la SFET), bien peu, éleveurs ou utilisateurs, sont à même de comprendre ce qui se passe.

Vous me voyez ravi d'apprendre l'existence de "délégués régionaux" en territoire. Sans doute ai-je manqué le communiqué annonçant la mise en place de ces délégués régionaux et le moyen de les contacter. Mais je n'ai rien vu de tel à ce jour. Reconnaissons aussi que la multitude d'informations, parcellaires, souvent sans aucune présentation de contexte, sans aucune hiérarchisation, jetées en pâture sur des sites et des réseaux sociaux de plus en plus nombreux, ne facilite guère la pêche à l'information.

Pour m'assurer, comme vous le précisez avec humour...et trois petits points, que les informations concernant la SFET se trouvaient même sur le site de la SFET, je me suis immédiatement connecté sur le site de la maison mère (ce que je fais régulièrement) www.sfet.fr et j'ai pu ainsi découvrir sur un Post'aux Chevaux daté du 4 juillet 2015 (onglet "La Société" puis "Le Post'aux Chevaux") le nouvel organigramme de la SFET adopté lors de l'AG du 2 juin 2015.

Jean-Léo Dugast.

4 commentaires:

Sylviane LETERTRE a dit…

"Ah ! qu'en termes galants ces choses-là sont mises !" (Molière, Le Misanthrope, Acte I Scène 2).

Va-t-il nous falloir apprendre à danser le menuet, la chaconne, la gavotte, la pavane ?
Ou entonner un requiem ?

J'opterais plutôt pour un langage franc du collier, mais bon...

Brigitte Guillaume a dit…

Reprendre le collier, dire ce que l'on pense au vu et au su de tous, est un tant soit peu délicat quand on se sent muselé et bridé dans ses propos, par d'hypothétiques sanctions de tout poil... Voilà le VRAI problème, "Madame" Molière !

Christophe Bordez a dit…

La SFET c'est une illustration du choc de simplification. J'ai des brûlures à l'estomac !!! (3 points d'exclamation, soyons fous...). Voilà un autre mille feuilles à la française. La France est en train d'en crever de ses mille feuilles qui font brasser le l'air à beaucoup de personnes ( très bien rémunérées parfois) qui réfléchissent, pensent... (Re 3 points ironiques cette fois). Résultat le commun des mortels de base n'y comprend plus rien mais paye ses prélèvements obligatoires (taxes, cotisations... Re parce que y'en a un paquet) et ne voit rien qui change, pire ça s'aggrave. Déjà l'appellation SFET fait penser à un organisme d'Etat genre, CPAM ou ASSEDIC ou CSG ... ( re parce qu'on n'en manque pas !) Désolé mais l'efficacité, la réactivité, le réalisme s'amoindrissent au fur et à mesure que les strates augmentent. Les entreprises les plus performantes sont celles qui ont un nbre de niveaux le plus réduit entre leurs clients et leur staff... Un utilisateur un peu désabusé et un peu perdu !!! Le changement c'est .... (Re pour faire sous forme d'une devinette) .Christophe

Pierre-Yves POSE a dit…

Bonjour,
Je ne suis pas certain d'avoir été bien compris.
Les 6 délégués régionaux sont les interlocuteurs des 125 organisateurs de concours, ils n'ont donc besoin d'être connus que d'eux.
Le numéro de téléphone de la SFET auquel les éleveurs ont accès répond au 0556810980 (heures de bureau). Quand au mail gestion@sfet.fr il répond aussi très bien.
J'ai écrit que les informations serainent plus facilement accessible sur le site de le SFET après sa refonte... qui n'aura lieu qu'un fin 2015.
Jusqu'à ce jour, la ligne de conduite était que la SFET devait "faire" et rester discrète pour laisser les fédérations "faire savoir". Le changement de logique prendra certainement quelque mois pour être visible.
Pour l'instant, c'est effectivement le post aux chevaux qui est l'outil de communication entre les éleveurs et la SFET. Il est envoyé aux ANR et aux organisateurs, qui peuvent le diffuser à leurs adhérents. Il est aussi sur le site SFET.
Bonne journée
PYP